Rechercher

Tirages photo sur du papier washi, quésako et pourquoi s'y intéresser?

En juin dernier, je partais pour exposer dans le cadre du festival “Picture for Nature”, un festival écologique organisé par Samuel Faure.


Je n’ai pas choisi ni la taille ni le support sur lequel mes images allaient reposer !

Je savais juste qu’il s’agissait d’un tirage sur un papier écologique, le papier washi, dont la création vient du Japon !


L’appréhension du rendu de mes images sur ce papier était au rendez-vous, j’allais découvrir cela le jour de l’exposition!

Mais le pari a été gagné, j’ai été très agréablement surprise!


Le rendu est particulier, vraiment original, unique, et chaleureux!

C’est un papier fait main et 100% naturel, c’est la raison pour laquelle j’ai osé tenter l’idée!


Je vous en dis un peu plus sur ce papier :


-l'ingrédient principal utilisé sont les branches du mûrier à papier ( Kozo en Japonais), on le trouve dans le sud de la France.

-il faut de l’eau et un savoir-faire, mais aucun produit chimique n’est utilisé.

Il faut gratter les écorces au couteau et faire cuire les fibres.



Ce papier a pour avantage d’être très résistant, les photos ne bougeront pas pendant 400 ans et peuvent même être mises à l’extérieur.

Si le papier se froisse, il suffit de passer un petit coup de fer à repasser !! Incroyable non?


L’ atelier français qui produit ce papier japonais et qui a tiré les images de tous les photographes présents au festival, c’est l’atelier de Benoit et Stéphanie ( dans le 34) : http://www.atelierpapetier.com/


Une autre bonne raison de s'intéresser à ce papier, c'est que c'est une alternative au tirage sur dibond !

Le dibond est un support constitué d’un noyau en polyéthylène pris en sandwich par deux fines plaques d’aluminium.

Le rendu est vraiment très esthétique. Mais il y a aussi pas mal d’inconvénients :


-ce support contient de l’aluminium et son extraction a des impacts négatifs pour la planète:

  • l'extraction élimine toute la flore, et affecte aussi la faune de l’environnement.

  • cela produit des millions de tonnes de gaz à effet de serre par an tels que le dioxyde de carbone et des gaz qui sont présents dans les pluies acides comme l'oxyde de soufre et l'oxyde d'azote.

  • ce processus de transformation de la bauxite en aluminium nécessite de grandes quantités d'énergie et d'eau.

-il est plus fragile, se raye plus facilement, et s’il tombe, c’est fini, contrairement au papier washi.


Je vous montre un aperçu de quelques photos tirées sur ce papier :



Ce papier a tout de même un inconvénient , il en faut bien un et chaque papier a de toute façon ses caractéristiques.

Il a une dominante verte et de ce fait il convient mieux aux images de couleurs plutôt froides, par rapport à celles ayant une balance des blancs chaudes, le jaune pouvant tirer sur le vert.

Il a un côté chaleureux et lumineux qui met en valeur les images douces et épurées.


Les photos de l’exposition sont chez moi et je peux les vendre sur demande.

Les grandes (en 60*90 cm) sont à 180€ et les plus petites (60*40 cm) à 130€.

Ce prix ne comprend pas le kakémono ( le bois qui permet ensuite d’accrocher la photo à un mur). Sa valeur est de 10€ et il apporte un sacré charme à la photo! Si vous voulez vous offrir une photo de la nature sur un papier naturel, contactez-moi!


Je pense proposer dans ma boutique la vente de mes tirages sur ce papier là en sélectionnant finement les images qui iront à merveille sur ce papier.

J'ai été totalement séduite et cela me permet d’être plus en phase avec mes valeurs qui sont notamment le respect pour la vie humaine et la planète.


Dites moi en commentaire si vous pensez que c’est une bonne idée?


PS : le festival “Picture for nature" ouvre ses portes pour les candidatures 2023, n’hésitez pas à tenter votre chance, vous ne serez pas déçus, vous serez enchantés !

https://picturefornature.fr/



A bientôt pour le prochain article! Lydie BREDA Photographe.



26 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout